La Déontologie

La Déontologie

Marie-Laure LECLERC, se conforme à un code de Déontologie.

Code de déontologie inspiré par celui de la

Société Française de Coaching

 

-Article 1 : Exercice du Coaching

Le coach s’autorise en conscience à exercer cette fonction à partir de sa formation et de son expérience.

-Article 2 : Secret professionnel

Le coach s’astreint au secret professionnel.

Dans le cadre d’un client mineur ou sous mesure de protection juridique, le représentant légal du client doit être au courant de la mise en place d’un accompagnement individuel pour la personne qu’il représente.

Le représentant légal peut demander un entretien avec le coach afin d’être informé sur le processus de coaching du client.

Cependant le coach s’astreint au secret professionnel et n’est pas tenu de rapporter le contenu des séances sauf s’il estime que c’est dans l’intérêt de son client ou de l’entourage de ce dernier.

-Article 3 : Supervision.

L'exercice professionnel du coaching nécessite une supervision.

-Article 4 : Respect des personnes.

Conscient de sa position, le coach s’interdit d’exercer tout abus d’influence.

Le coach est attentif au métier, aux usages, à la culture, au contexte et aux contraintes de la personne qu’il accompagne.

-Article 5 : Protection du Client.

Le coach adapte son intervention dans le respect des étapes de développement de son client.

Le coaching s’exerce dans la synthèse des intérêts du client et de son organisation.

-Article 6 : Obligation de moyen du Coach.

Le coach prend tous les moyens propres à permettre, dans le cadre de la demande du client, le développement professionnel et personnel de son client, incluant le recours, si besoin est, à un confrère ou un autre professionnel.

-Article 7 : Refus de Pris en charge

Le coach peut refuser une prise en charge de coaching pour des raisons propres à l'organisation, au demandeur ou à lui-même. Il indique dans ce cas un de ses confrères.

-Article 8 - Responsabilitéś des décisions.

Le coaching est une technique de développement professionnel et personnel. Le coach laisse de ce fait toute la responsabilité́ de ses décisions au coaché.

-Article 9- Demande formulée.

Toute demande de coaching, lorsqu'il y a prise en charge par une organisation, répond à deux niveaux de demande : l'une formulée par l'entreprise et l'autre par l'intéressé lui-même.

Le coach valide la demande du coaché.

Le coach ne peut rendre compte de son action au donneur d'ordre que dans les limites établies avec le coaché.

-Article 10- Devoirs du coach vis à vis de ses confrères.

Le coach se tient dans une attitude de réserve vis à vis de ses confrères. 

Réalisation & référencement

Connexion